• Jean-Dominic Leduc

Carnet de lectures : 376 selfies pour Montréal

Dernière mise à jour : 4 oct.

Un jour, la bande dessinée m’a sauvé la vie.

Quiconque me connait personnellement sait que j’ai toujours un album ou deux dans mon sac lors de mes déplacements, au cas où j’aurais à patienter avant un rendez-vous, que je tomberais en panne automobile ou encore, que l’hypothétique occasion de m’isoler sur une île déserte avec L’OBJET dont je ne saurais me passer se présenterait.

Depuis ma plus tendre enfance, mon incapacité à entrer en contact avec les gens et l’intimidation dont j’ai longtemps été victime m’ont amené à trouver refuge dans la lecture de bandes dessinées. Il y a dans ce langage artistique la rencontre unique du verbe et de l’image qui à ce jour me fascine.

- - - - - - - - - - - - - -

Automne 2019. Je suis plongé dans la lecture du corpus complet de Philippe Girard en vue d’une rétrospective que je prépare. Un exercice auquel je me suis soumis à quelques reprises depuis, à mon grand bonheur.


Je m’y accroche, tentant désespérément de ne pas sombrer dans les profondeurs de l’abîme. Derrière ma bonhomie fabriquée, un mal de vivre me dévore de l’intérieur. Ce n’est pas la première fois, tant s’en faut, mais ce coup-là, je peine à résister à l’envie d’en finir.

Un samedi pluvieux, après avoir contacté la ligne téléphonique de Suicide action Montréal, je saute dans le métro, puis dans un autobus, en direction de l’institution universitaire en santé mentale Douglas à Verdun. Je me présente à la réception. On me dirige vers une aire d’attente où il n’y a personne.


J’attends.


Question de tuer le temps et de combattre mes idées noires, je sors de mon sac 376 Selfies pour Montréal de Philippe Girard ainsi que mon carnet de notes. Un formidable album réalisé dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal, où l’artiste de Québec parle de son amour de la métropole et des rencontres qui l’ont forgé. Plusieurs bédéistes y participent en se dessinant en mode selfie.


En fin d’album, je tombe sur cette planche où je suis dessiné. L’artiste écrit : « … Un jour que j’étais vraiment découragé, il m’a dit accroche-toi ».

Cet instant précis, la bande dessinée m’a sauvé la vie.


Je me suis accroché.


Je suis allé chercher l’aide pharmacologique et thérapeutique dont j’avais besoin.


Oh, il y a des jours, des semaines et parfois des mois entiers où je rechute. Comme j’ai très peu d’amis et que je ne suis pas très expansif sur ma vie personnelle, je retourne à ma bibliothèque et relis ce passage.


« on est jamais déçu par les auteurs qui nous aiment » a un jour écrit Philippe Girard en dissertant sur le bédéiste Joe Ollman. Aujourd’hui, je lui offre à mon tour ces sages paroles.


Cette case, comme une main tendue, m’a sorti des ténèbres. Je lui serai éternellement reconnaissant.


RESSOURCES :

Album lu :

376 selfies pour Montréal

Philippe Girard


140 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout