• Michel Giguère

Aimer pour la vie

Dernière mise à jour : 4 oct.

«Y a-t-il encore des lectures qui t'allument, qui ravivent le feu sacré, qui viennent confirmer le bien-fondé de ton choix d'oeuvrer dans la bande dessinée?»


C'est à peu près en ces termes que le 20 mai dernier, lors d'une causerie à la vénérable Librairie Pantoute du Vieux-Québec, Marco Duchesne, libraire émérite spécialisé en BD et partenaire de projets depuis plus de 30 ans, a formulé une question fort pertinente, et même prégnante.


J'ai répondu que les coups de coeur s'étaient raréfiés au fil des décennies, que ma capacité d'émerveillement s'était émoussée. Il s'agit d'un phénomène naturel, à peu près inévitable, je crois.


Face aux découvertes, face à la beauté, devant un paysage ou une oeuvre d'art, l'esprit humain se compare à un morceau de pâte à modeler. Au début, la surface en est lisse, tendre, de sorte que les expériences nouvelles s'y imprègnent profondément, durablement. Les premières années de son existence, un individu est marqué par ces oeuvres qui deviendront, avec le recul, ses chansons, ses films, ses livres fétiches. Puis, à force d'accumuler les «rencontres» avec des artistes et des auteurs, la plasticine se durcit et devient moins poreuse. L'esprit devient moins sensible.


Tout au long de ma vingtaine et au-delà, j'ai vu plus de 100 films par an, immanquablement. Le compte est à combien, aujourd'hui? J'ai écouté (pas «entendu», mais bien «écouté») des milliers de chansons. Et j'ai lu un nombre incalculable d'albums de BD. Dans ce dernier cas, il y a eu beaucoup de lectures obligées par le contexte professionnel. Alors, oui, la magie opère moins souvent.


Cependant, quand, à l'occasion, il advient qu'une lecture suscite à nouveau l'enchantement, le moment prend d'autant plus de valeur. Ce qui se raréfie devient précieux. De loin en loin, je suis encore soufflé par une Bechdel (Fun Home), un Mazzucchelli (Asterios Polyp), un Zidrou/Springer (Le beau voyage), un Zep (Un bruit étrange et beau), une Hébert (La grosse laide), un Eid (Le petit astronaute)... Alors là, effectivement, cher Marco, la flamme frémit au-dessus des braises, elle se remet à danser. Dans ces cas-là, je prends conscience que le médium me fait toujours vibrer.


À quoi cet engouement tient-il? Sans doute à la nature-même de la bande dessinée, à son caractère hybride qui la rend si difficile à «caser». À son statut «d'art mineur» qui lui vaut des préjugés tenaces et une reconnaissance longue à gagner (il reste du chemin à faire, qu'on ne se leurre pas!), mais qui lui confère en même temps un «je-ne-sais-quoi» de subversif, d'insaisissable. Je me passionne pour ces images qui racontent, ces images à lire, qui s'articulent tantôt subtilement, tantôt brutalement. Pour l'alchimie qui agit dans l'espace/temps de la planche et dans l'espace/temps de la case, qui agit aussi entre chaque case. Je m'enthousiasme pour la grammaire de la BD, sa mécanique et même ses contraintes formelles, que je trouve stimulantes, génératrices de trouvailles et de tours de force. J'aime sa densité, son sens du raccourci, sa manière d'aller à l'essentiel. Je suis épaté par sa capacité à transformer des lacunes en atouts. Je suis emballé par la puissance, le raffinement et la singularité avec lesquels elle arrive à exprimer l'intériorité des êtres de papier - à la psychologie plus développée que certains individus exhibant leur vacuité sur la place publique. Je suis renversé par sa capacité à figurer l'indicible en recourant à la métaphore, au symbole, de façon tantôt fantaisiste, tantôt bouleversante. Je suis ébahi par l'aisance, l'évidence avec laquelle elle dissocie le degré de réalisme de la représentation du degré d'authenticité de la scène.


Par-dessus tout, la bande dessinée m'a conquis parce qu'avec elle, il suffit de ce qu'on peut trouver dans le sac d'un écolier ou d'une écolière du primaire, il suffit d'une pile de feuilles, d'un crayon et - surtout! - d'une efface, pour créer un univers, tracer un destin.


Entre la bande dessinée et moi, c'est pour la vie.

97 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout